Les buralistes en colère contre les boutiques de recharge e cigarette

buralistes en guerre contre la cigarette electronique

Les buralistes en colère contre les boutiques de recharge e cigarette

Avec l’augmentation des prix du tabacs et l’essor du marché de la cigarette électronique, et des recharge e cigarette, un nombre croissant de boutiques s’ouvrent dans toutes les villes de France, au grand dam des buralistes qui voient leurs charges augmenter en même temps que les ventes de tabac baissent.

Vers une exclusivité des ventes de la e-cigarette chez les buralistes ?

buralistes en guerre contre la cigarette electronique et la recharge e cigaretteL’argument mis en avant par les buralistes est que la cigarette électronique fait partie des produits du tabac en raison de la teneur en nicotine d’une recharge pour cigarette electronique. A force d’être témoin des ouvertures de boutiques de e-cigarettes, parfois en face dans la même rue, les buralistes assistent impuissants à un marché en plein essor qui leur échappent presque totalement. Car même si on trouve de la cigarette électronique dans un débit de tabac, le produit est une vente de démonstration et de conseils qui nécessite du temps et de l’investissement de la part du vendeur. Ce temps, les buralistes ne l’ont pas en raison de la clientèle qu’il faut en général servir rapidement d’autant que les produits proposés ne se limitent pas qu’au tabac mais s’étendent aussi à la presse, des gadgets, produits de la Françaises des jeux, etc. Produits d’ailleurs sur lesquels ils pourraient davantage développer leurs ventes afin de combler le manque à gagner du tabac.

 

Recharge e cigarette : vers une taxe?

Ce qui met en rogne le plus les buralistes est le poids des taxes qui leur est imposé, contrairement à la revente de e-cigarettes et e-liquides qui n’est soumise, pour l’instant, à aucunes taxes spécifiques à l’exception bien sur de la TVA.

A l’heure où l’Europe est en pleine réflexion sur le passage de la e-cigarette en pharmacie, il est difficile d’imaginer un vent contraire qui consisterai à basculer ce marché chez les buralistes et donc à considérer la e-cigarette comme un produit du tabac. Vaste débat en tout cas, qui n’a pas fini de faire des heureux et des…mécontents.

 

  • Ah les buralistes ils me font sourire ils vont gagner 1 euro sur les cigarettes électroniques après les taxes de l’état.

  • Kate

    Salut, je suis Kate, Jean edouard, je veux vous demander quelque chose à propos de la cigarette électronique. Si cela ne vous dérange pas.

  • On peut noter que la seule motivation des buralistes est l’aspect financier, il est certain que le côté « business » est primordial aussi pour tous les commerçants de la e-cigarette, cependant, il faut se rendre à l’évidence. Les industries du tabac ne se sont pas suffisamment investis dans des solutions autres que le tabac, il est donc normal que ces derniers se retrouvent lésés sur ce nouveau marché. On peut facilement imaginer que les grandes industries du tabac avaient suffisamment de ressources financières pour mener à bien des recherches scientifiques qui auraient très bien pu aboutir sur la cigarette électronique.
    Quant aux buralistes, une très grande partie d’entre eux commercialisent la cigarette électroniques et ces recharges liquides, vouloir l’exclusivité ne serait-ce pas un excès de gourmandise? Vous trouverez dans cet article une réflexion sur les commerçants de la e-cigarette

  • Benjamin54

    Contrairement à la cigarette de tabac qui est composé de plus de 4000 produits dont plus de 60 cancérigènes, la composition des e-liquides en ligne ne sont composés que d’arômes alimentaires, de glycérine végétale, de nicotine d’eau pure,et de propylène glycol.Nous retrouvons la plupart de ces produits dans notre nourriture. La glycérine végétale est sans risque pour la santé, elle est 100% naturelle produite à base de végétaux.

  • Sudeclope.fr

    Je peut comprendre le manque à gagner mais en revanche, je pense sincèrement que les boutiques ont un intérêt. Ce n’ai pas du tout le même métier, il y a une véritable complexité dans les appareil, les produits, les liquide et il faudrait une véritable formation pour être capable de vendre ce type de substitut à la cigarette traditionnelle.

    Après, je vous l’accorde pas tous les vendeurs sont correctement informé, je me fit à ma propre expérience ou je suis tombé sur un bon vendeur et passionné qui a su me vendre LE produit adapté à mon besoin. Depuis 4 ans je ne suis qu’a la cigarette électronique et sans un produit adapté j’aurais surement re-chuté.