Pourquoi la cigarette électronique ne marche pas en Suisse ?

e liquide nicotine suisse

Pourquoi la cigarette électronique ne marche pas en Suisse ?

e liquide nicotine suisse

Malgré un succès retentissant dans le monde ces dernières années, la cigarette électronique et le e liquide peinent à séduire en Suisse. Quelles sont les raisons qui peuvent expliquer les difficultés d’implantation de ce substitut au tabac? Qui dans le même temps continue de séduire toujours autant de l’autre côté de la frontière, en France. La journaliste Céline Zünd du site « Le Temps » a posé la question à Jean-François Etter, Professeur de Santé publique à l’université de Genève et par ailleurs, grand spécialiste de la cigarette électronique.

La e cigarette, un simple effet de mode ?

La question peut se poser, car comme beaucoup d’effet de mode, la cigarette électronique a connu un succès assez rapide ces 3 dernières années. Peux-être que la Suisse n’a pas suivi au début et que la mode est tout simplement passée. Mais cette explication ne convient pas du tout au professeur Jean-François Etter, qui n’y croit pas.  Il considère même, au contraire, que la cigarette électronique est amenée à évoluer dans le temps. Car, sur le plan du sevrage tabagique elle montre des résultats intéressants et que dans le même temps, il y a un marché de personnes accros à la nicotine qui ont un besoin de substituts nicotiniques autre que le tabac. Ces deux facteurs confirment les raisons pour lesquelles, la e-cigarette et le e liquide ont toutes les chances de durer et de faire mentir ceux qui pensent qu’ils ne sont que des effets de mode. Mais alors comment peut-on expliquer le fait que la e cigarette n’ait pas conquis la Suisse?

Les conséquences de la loi sur le e liquide avec nicotine

Selon Jean-François Etter, l’actuelle interdiction qui touche la vente de e liquide avec nicotine limite indéniablement l’essor de la cigarette électronique en Suisse. En effet, sans nicotine, la cigarette électronique perd une grande partie de son intérêt. La force de la e cigarette c’est de conserver la gestuelle du fumeur, avec la fumée (ou vapeur plus exactement), le picotement en bouche (le hit) et de soulager la dépendance grâce l’apport du e liquide avec nicotine qui permet de favoriser la transition entre cigarette classique et e-cigarette. Sans nicotine dans le e liquide l’envie de fumer est parfois trop importante pour une personne qui vient de commencer la cigarette électronique et donc du même coup la réussite du sevrage tabagique est plus compliquée.

Un cadre législatif en progrès mais toujours inadapté à la cigarette électronique

Le tabacologue souligne un progrès dans la législation helvétique concernant l’autorisation de vendre des e liquides avec nicotine en Suisse. C’est en effet un projet de loi sur lequel travaille le Conseil fédéral. Pour autant, le fait de considérer la cigarette electronique et les recharges comme des produits du tabac est contre productif. Cela laisse envisager un cadre restrictif semblable à celui de la cigarette. « C’est disproportionné » souligne le professeur Etter, qui rappelle que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) adopte la même posture concernant la cigarette électronique à savoir, une politique restrictive qui ne va pas dans le sens de la santé publique. Car au lieu de soutenir une méthode qui a montrée son efficacité en aidant un grand nombre de fumeurs à arrêter la cigarette, l’OMS la discrédite en faisant planer le doute sur sa dangerosité. Cette politique a pour effet direct de limiter l’impact de la cigarette électronique et donc de laisser dans le même temps une partie des fumeurs continue à fumer une cigarette dont la nocivité ne fait plus le moindre doute depuis des années.

Le risque est sans commune mesure. D’un côté on a un produit comme le tabac qui tue chaque année plus de 6 millions de personnes dans le monde et de l’autre, un produit comme la cigarette électronique et le e liquide dont les composés principaux sont utilisés dans l’industrie alimentaire et la cosmétique. Il est vrai que d’ordinaire ils sont ingérés et que nous ne connaissons pas les effets à long terme d’une inhalation quotidienne. C’est pourquoi il faut encourager toutes les études qui permettront d’avancer sur ce sujet. Mais, dans tous les cas la grande majorité des experts sur le sujet s’accordent sur le fait que la cigarette électronique est infiniment moins nocive que le tabac.

Voilà pourquoi on est en droit de dire que le comportement frileux des politiques se fait au détriment de la santé publique.

Des résultats positifs avec la cigarette électronique ?

Jean-François Etter explique qu’une étude longitudinale a fait constater que près de 50% des fumeurs qui étaient passés à la vape (cigarette électronique), avaient finalement arrêté de fumer au bout d’un an. C’est que la vape va dans le bon sens. Compte tenu de ces résultats clairement positifs, on peut se poser la question pourquoi les Suisses seraient privés d’un des outils les plus efficaces de ces dernières années pour arrêter de fumer. Alors que dans le même temps la Suisse voit le nombre de fumeurs qui passent à la e-cigarette augmenter dans ses pays voisins.

L’autorisation de vendre du e liquide avec nicotine est donc toujours autant d’actualité. Heureusement qu’il est toujours possible de passer sur des sites français pour commander du e liquide avec nicotine et sortir du tabagisme.