Eliquide et cigarette électronique : le coup de gueule de Laurent Joffrin

homme avec des lunettes noires vapotant sa cigarette électronique et son e liquide

Eliquide et cigarette électronique : le coup de gueule de Laurent Joffrin

homme avec des lunettes noires vapotant sa cigarette électronique et son e liquide
Un plan anti-tabac mal orienté

Dans une tribune parue cette semaine, Laurent Joffrin, journaliste et directeur de la rédaction de Libération, pousse un coup de gueule contre la grave erreur de Marisol Touraine. Grave erreur? le terme est fort. Mais pour quel sujet épingle t’il la ministre de la santé? C’est en fait la position de la ministre de la santé défendue dans le plan anti-tabac que conteste ici le journaliste.

En effet, le plan anti-tabac qui vient d’être présenté par la ministre prévoit d’interdire le vapotage dans les lieux publics et au travail. C’est une « absurdité »  selon Laurent Joffrin et il nous explique pourquoi.

Vaper du eliquide est inoffensif comparé au tabac

Le constat de départ est le suivant : pour la majorité des professionnels de santé, la cigarette électronique et le eliquide sont pratiquement inoffensifs. De plus tous les professionnels de santé s’accordent à dire que la e-cigarette est infiniment moins nocive que le tabac qui tue plus de 70 000 personnes en France chaque année.

E liquides et e cigarettes, des substituts qui marchent

Laurent Joffrin analyse ensuite le succès de ces deux outils pour arrêter de fumer. Même les médecins le constatent et encouragent de plus en plus de leurs patients à se tourner vers la cigarette électronique. C’est un des premiers substituts dont l’efficacité est mesurable. C’est simple depuis que la cigarette électronique et les recharges e liquides ont connu un net succès en France, c’est-à-dire depuis deux ans, les ventes de cigarettes ont nettement baissé.

Seules les grosses augmentations des prix des années 2002-2004 avaient provoqué de telles baisses. Comme le choix de la ministre n’est pas de faire une grosse augmentation, la e-cigarette apparaît comme un recours crédible pour faire diminuer les ventes et faire ainsi baisser le nombre de fumeur.

En terme de santé publique le calcul est simple. Si l’on estime qu’un fumeur sur deux sera tôt ou tard victime d’un cancer, si cent personnes décident de passer de la cigarette au vapotage à terme c’est cinquante personnes qui peuvent être sauvées.

Eliquide et la cigarette électronique : un principe de précaution dangereux

C’est ce fameux principe de précaution appliqué par la ministre qui est dangereux. En effet, même si l’état de la recherche sur les effets à long terme du vapotage ne permettent pas de confirmer sa totale innocuité, les premières études montrent qu’il est nettement moins dangereux que le tabac. En étant frileux et en stigmatisant l’e-cigarette on n’incite pas les fumeurs à passer au vapotage. C’est-à-dire qu’on prive les fumeurs d’un des moyens les plus efficaces pour arrêter de fumer.

Le tabac tue, l’e-cigarette produit de la vapeur de propylène glycol, de glycérine végétale et de nicotine soit autant de produits parfaitement connus et très utilisés dans l’industrie agroalimentaire ou la pharmaceutique qui ne sont pas cancérigènes.

Pourquoi stigmatiser la ecigarette et les e liquides?

Le seul argument recevable serait de dire que le vapotage pourrait être une passerelle vers le tabac pour les jeunes et dé-marginaliser le fait de fumer.

Le problème c’est que les enquêtes réalisées à ce jour contredisent cette théorie. Pour montrer les limites de cette théorie Laurent Joffrin utilise la métaphore suivante. Dans ce cas pourquoi ne pas interdire l’eau pour lutter contre l’alcoolisme, puisque c’est la même gestuelle?  Les amateurs d’eau seraient des proies naturelles pour les industries de l’alcool.

Avant de conclure : l’interdiction de vapoter dans les lieux publics est une absurdité car c’est appliquer des mesures anti-tabacs à des produits qui sont infiniment moins dangereux que le tabac. Passer du tabac à la cigarette électronique et au eliquide c’est incontestablement une très bonne chose pour la santé alors pourquoi ne pas encourager une telle politique. Ce serait une action bénéfique pour la santé de tous les fumeurs.

A l’inverse souligne Laurent Joffrin : « Marisol Touraine a écarté cette politique de manière irréfléchie, en commettant une grave erreur de santé publique ».

  • Bernard

    L’important est de ne pas mettre la cigarette électronique et la cigarette traditionnelle sur un rapport de corrélation. Car cela voudrait dire que leurs toxicités sont comparables, ce qui est parfaitement faux. Un eliquide ne contient pas les additifs habituels du tabac et une cigarette electronique n’émet pas de goudron et de monoxyde carbone. Cette démarche serait « criminel » comme l’affirme le tabacologue Molimard car cela dissuaderait les fumeurs de passer à la cigarette electronique et au eliquide, de combattre leur dépendance au tabac et à la nicotine et les conforterait dans leur tabagisme qui entretient, voire augmente leur risque de contracter un cancer. En ce sens, une interdiction uniquement dans les lieux de travail me semble équilibrée, une interdiction dans tous les lieux publics me paraît abusive et dangereuse.